La calligraphie

Histoire

Calligraphie Le mot calligraphie provient des radicaux grecs κάλλος (kállos, «beau») et γραφεĩν (grapheîn, «écrire»). Presque toutes les civilisations qui pratiquent l’écriture ont développé un art de la calligraphie. Toutefois, certaines d’entre elles l’ont élevé à un statut spécial en fonction des contextes historiques ou philosophiques particuliers. Au cours des siècles, l’outil utilisé, le support et l’évolution des technologies influencent l’écriture.

La calligraphie latine est associée à l’histoire de l’écriture en Europe avant et après l’utilisation de l’imprimerie et sur la base de l’alphabet latin des Romains. Les manuscrits (pratique de la copie manuelle d’un livre) ont poussé à pratiquer l’écriture comme un art en y associant souvent l’enluminure ou l’illustration. Elle a connu une évolution constante. Petit à petit sont nées de nouvelles lettres (le V et le J), les espaces entre les mots, la ponctuation et l’emploi des majuscules et de titrages à partir des lettres décorées.

La pratique de la calligraphie latine est traditionnellement associée à la copie de manuscrits par les moines chrétiens. Pour eux, il s’agissait de beaucoup plus qu’un travail : c’était une forme de prière, qui était à la fois une louange et une ascèse. La calligraphie, qui nécessite — ne serait-ce que techniquement — une grande concentration, une sûreté des gestes acquise par une longue pratique, donc une hygiène de vie pouvant effectivement aller jusqu’à l’ascétisme, en dehors même de toute considération spirituelle mais souvent associée de fait, était jusqu’à la fin du Moyen-Âge une activité de religieux, comme les calligraphies non-occidentales.

Elle a évolué au gré des influences culturelles (la chancelière et la Renaissance), politiques (Charlemagne et sa caroline) et commerciales (la bâtarde flamande) et des innovations techniques (l’anglaise). Selon le support utilisé (cire, papyrus, parchemin et feuille), elle se pratique avec un style,  un calame, une plume (plume d’oiseau, puis plume métallique), le pinceau plat ou pointu. L’écriture monumentale gravée sur la pierre, quelles que soient ses qualités esthétiques, ne peut être tout à fait assimilée à la calligraphie, dans l’impossibilité technique de pratiquer spontanément un « geste » calligraphique.

Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire